Dominique DUPAGNE : « le serious game en réseau est l’avenir du e-learning »

Dominique DUPAGNE est médecin généraliste. Il explique qu’il se sent davantage pédagogue que médecin car le rôle d’un médecin généraliste est surtout d’expliquer leur maladie aux patients. Dominique DUPAGNE est également le fondateur du site www.atoute.org, spécialisé dans la santé et les forums médicaux. Fort de son expérience, il en est parvenu à plusieurs conclusions sur le e-learning, qu’il a exposées lors du colloque TIC & Santé organisé par l’association TIC & Santé le 12 et 13 février 2013 :

- Même quand les utilisateurs sont demandeurs d’un apprentissage, lorsque la solution est conçue et finalisée, les utilisateurs ne s’en servent quasiment pas.

- Ce qui marche en termes de e-learning sont les choses totalement déstructurées : les gens sont pour le « just in time », c’est-à-dire qu’ils veulent juste poser des questions lorsqu’ils ont en besoin. Ils veulent discuter avec leurs pairs, interagir et confronter leurs avis, etc.

- Les soignants apprennent beaucoup en étant en contact avec les patients : même si cela demande de l’humilité de la part des soignants, il faudrait former les médecins auprès des « patients experts ».

- Un forum de discussion doit plutôt être tenu par un patient expert que par un médecin, sinon il se réduit à un simple espace de consultation, et ne permet pas de libérer la parole. Or l’acquisition de connaissances émerge de cette manière.

- Il n’y a selon Dominique DUPAGNE aucun risque lié au fait que des patients puissent échanger entre eux sur des forums de discussion. C’est au contraire un très grand bénéfice.

- Le serious game en réseau est l’avenir du e-learning. L’ajout d’un côté ludique change complètement le rapport à l’apprentissage. Ce sont surtout les serious game connectés qui ont un énorme potentiel puisqu’ils permettent à plusieurs personnes de jouer ensemble. En général, les personnes qui sont les plus intéressées par les serious game sont celles qui délaissent les systèmes de formation traditionnels. L’inconvénient d’un serious game est néanmoins le fait qu’un médecin ou une infirmière a rarement envie de s’en servir lorsqu’il rentre le soir à son domicile, même si celui-ci est extrêmement bien fait. 

 

Audrey GREL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*